Les larmes de Saël – A.D. Martel

« Des cris, une explosion, le dôme d’énergie qui vacille… Ceylan, la cité la plus sure au monde, est attaquée. Au cœur du chaos, Arcana découvre le vrai visage des ennemis de son peuple. L’un d’eux, un Saëlien aux iris rouges, est capturé.

Déterminée à échapper aux fiançailles orchestrées par son père, la jeune femme décide d’épouser l’ennemi. Un choix qui va bouleverser sa vie et le destin des deux peuples.

Pour survivre à Saël, Arcana devra ouvrir son cœur et son esprit.

Dystopie post-apocalyptique sur fond de romance, Les larmes de Saël propose un récit à la fois riche en aventures et en réflexions. Plongée dans un monde où les populations se battent pour le contrôle des ressources naturelles, une jeune femme au caractère bien trempé lutte pour sa survie. Quand la raison s’oppose au cœur, quelle est la meilleure décision à prendre ? Et comment faire quand celui, qui devrait pourtant être votre allié, décide de vous ignorer ?

Action, amour et trahison s’enchevêtrent pour proposer de longues heures de lecture riches en émotions. »

Si vous avez lu ma précédente chronique, vous savez donc que je choisis la plupart du temps mes livres en fonctions de la couverture et Les larmes de Saël n’a pas échappé à cette règle. Je n’ai d’ailleurs pas perdu de temps, à peine choisi, à peine commencé. Je ne regrette vraiment pas. La plume de l’autrice est super fluide et je ne voulais pas m’arrêter de lire. Dès les premières pages, la plume d’A.D. Martel m’avait happée. L’histoire devient très vite addictive. On ouvre le roman et la minute d’après on se voit dire au revoir aux personnages haha. Pour être plus précise, j’ai lu ce premier tome en 24 h.

J’ai passé un excellent moment de lecture. On s’attache très vite aux personnages. J’ai juste eu un peu de mal avec Arcana au début, mais passé quelques chapitres, j’ai commencé à bien l’apprécier. Elle m’a embarqué dans son histoire pleine de rebondissement et de rencontres qui la font évoluer tout au long du récit. Elle passe de la jeune fille arrogante et égoïste à une jeune femme courageuse et sure d’elle.

Dans ce roman, nous avons deux sociétés bien distinctes. On rencontre Arcana à Ceylan, l’endroit où elle est a vécu toute sa vie. Une cité parfaite en apparence et patriarcale dans laquelle est appliqué un contrôle de naissance. En effet, chaque couple n’a le droit qu’à un enfant. Un truc que j’ai oublié de dire, c’est que dans cette cité, les habitants sont protégés par un dôme ne connaissent rien d’autre que la cité de Ceylan.

Nous découvrons ensuite Saël lorsque Arcana décide de se jouer de son père. Saël est l’opposé de Ceylan. Ici, on change complètement d’atmosphère. Nous sommes dans une société matriarcale dans laquelle les hommes se font rares. Et j’ai beaucoup aimé en apprendre un peu plus sur cet aspect-là de Saël. Et une chose à savoir, c’est qu’il ne faut pas se fier aux apparences que ça soit du côté de Ceylan ou du côté de Saël.

A.D. Martel décrit parfaitement les deux cités et j’ai vraiment beaucoup aimé vivre auprès des Saëliens. Ce roman n’est pas un coup de cœur, mais ce fut une très bonne lecture que je ne peux que conseiller. Les larmes de Saël c’est un univers complexe qui m’a fait découvrir des personnages que j’ai énormément aimé suivre. Zachary est adorable et super attachant. Arcana et lui se lient d’amitié très rapidement. J’ai par contre eu beaucoup de mal avec Ashkan, qui est à la fois le frère de Zachary et l’époux d’Arcana. Je l’ai trouvé super dur vis-à-vis d’elle et ne l’aide même pas à s’intégrer ! Ce qui n’empêche d’ailleurs pas Aracana de prouver qu’elle mérite sa place dans cette petite famille. J’ai aussi eu un coup de cœur pour Mina cette petite peste qui en a fait voir de toutes les couleurs à Arcana haha et la grand-mère d’Ashkan, Donya.

Par contre entre vous et moi, j’ai trouvé la romance pas très bien exploitée et qui va un peu trop vite. Je n’ai personnellement pas apprécié que ça se fasse de cette manière, mais à voir comment ça évolue dans le deuxième tome. Parce que oui, l’histoire ne s’arrête pas là. La fin donne envie de connaître la suite, ce que je compte faire très prochainement.

 

Allez, je vais m’arrêter là, mais si ce roman vous tente, n’hésitez pas, foncez ! Vous allez en avoir marre d’Arcana au début, mais son évolution vaut la peine !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *